Subscribe to our weekly International update on Health Policies

Your weekly update on

international health policies

The Francophone Africa & Fragility Network (AFRAFRA) takes off

The Francophone Africa & Fragility Network (AFRAFRA) takes off

By Mohamed Ali Ag Ahmed
on December 16, 2021

The Sahel region, and in particular the G5 countries (Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger and Chad), face complex and interconnected challenges including chronic poverty, food crises, political instability and violence, as well as recurrent epidemics (in addition to Covid, there’s Ebola, Rift Valley fever, dengue etc.). This situation is the result of a deep governance crisis that is a source of social unrest and provides fertile ground for conflicts between different armed groups (jihadists, rebels, communities, etc.). This puts a strain on health services in particular, which must adapt to remain accessible to the population. In fact, in the areas most affected by the conflicts, particularly in the border area between Mali, Niger and Burkina Faso, the health situation is precarious and access to basic health services is very poor. Several health facilities are not functional due to armed attacks, while there is additional pressure due to the wounded and populations in distress. Although the needs are very great, qualified health personnel tend to abandon the health facilities and move to the larger towns, which are safer. The result is a drop in maternal and neonatal care and vaccination coverage, with a resurgence of epidemics. In addition, there are concerns that international support to strengthen the military capacity of G5 Sahel governments is not helping to address the root causes of conflicts, such as economic and social issues (including health care). Also, support for humanitarian actors taking over is weak because they are denied access to some areas under the control of armed groups.

So far, there is little scientific evidence available to inform appropriate approaches to address the particular challenges posed by this fragility and strengthen affected health systems.  Against this backdrop, the Afrique Francophone & Fragilité (AFRAFRA) network was set up in 2019, with the objective to support the health systems of French-speaking African countries that are fragile due to conflicts and other disasters. It is a new space to promote knowledge and exchange of experiences between policy makers, health professionals and researchers. In addition, it also triggers co-production and action in favour of Francophone African countries facing increasing fragility. For the time being, this network focuses primarily on the five G5 Sahel countries which are particularly affected by an unprecedented multidimensional crisis.

Since its creation, committed members of the network have initiated a number of projects related to fragility through collaborations with academic and research institutions. These projects emerged from country needs and were carried out with health professionals, humanitarian actors and health authorities. They have already produced evidence (1,2,3,4,5) and ensured dissemination to inform decisions and guide interventions. They also contribute to creating synergies, networking, and strengthening the individual capacities of members and their institutions to support or implement policies and organize health services adapted to the context of fragility.

Due to the Covid-19 pandemic, the network was mainly animated online so far. Later this month (end of December), however, a first face-to-face meeting of Afrafra focal points will be held in Mali to take stock and develop a strategic and operational action plan. This meeting will also allow the reorganization of the network’s governance and the identification of priorities for the coming years. To this end, it will benefit from the support of the Institute of Tropical Medicine of Antwerp (Belgium), which has a long experience in supporting the emergence of professional networks in southern countries.

Version française

Le réseau Afrique Francophone & Fragilité (AFRAFRA) de déploie

La région du Sahel, et en particulier les pays du G5 (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), font face à des défis complexes et interconnectés liant une pauvreté chronique à la crise alimentaire, à l’instabilité politique et à la violence, ainsi qu’à des épidémies récurrentes (outre la Covid, Ebola, la fièvre de la vallée du Rift, la dengue etc.). Cette situation résulterait d’une crise de gouvernance profonde source de contestations sociales et terrain fertile à des conflits entre différents groupes armés (djihadistes, rebelles, communautaires, etc.). Elle met ainsi à rude épreuve en particulier les services de santé qui doivent s’adapter pour rester accessibles aux populations. En effet, dans les zones les plus touchées par les conflits notamment celles des trois frontières (Mali, Niger, Burkina-Faso), la situation sanitaire est précaire et l’accès aux services de santé de base est très faible. Plusieurs formations sanitaires (FoSa) ne sont pas fonctionnelles du fait des attaques armées alors que s’exerce une pression supplémentaire pour la prise en charge des blessés et des populations en détresse. Alors que les besoins sont très importants, le personnel de santé qualifié a tendance à abandonner les FoSa pour se redéployer vers les grandes villes qui sont plus en sécurité. Il en résulte notamment une baisse de la couverture en soins maternels et néonataux et vaccinale avec une recrudescence des épidémies. En outre, il est à craindre que le soutien international visant à renforcer la capacité militaire des gouvernements du G5Sahel ne contribue pas à s’attaquer aux causes profondes des conflits, telles que les questions économiques et sociales – comme les soins de santé. Aussi, l’appui des acteurs humanitaires qui prennent le relais est faible car ils sont interdits d’accès dans certaines zones sous contrôle des groupes armés. Pourtant, il existe peu de preuves scientifiques disponibles pour éclairer des approches appropriées pour relever les défis particuliers que pose cette fragilité et ainsi renforcer les systèmes de santé affectés.

C’est dans ce contexte qu’est né en 2019, le réseau Afrique Francophone et Fragilité (AFRAFRA) dont l’objectif est de soutenir les systèmes de santé des pays africains francophones fragiles du fait des conflits et autres catastrophes. Il s’agit d’un nouvel espace pour promouvoir des échanges de connaissances et d’expériences entre les décideurs, les professionnels de la santé et des chercheurs ; mais aussi la coproduction et l’action en faveur des pays africains francophones confrontés à une fragilité croissante. Toutefois, ce réseau se focalisera prioritairement sur les cinq pays du G5Sahel particulièrement affectés par une crise multidimensionnelle sans précédent.

C’est ainsi que depuis sa création, des membres du réseau engagés au sein de leurs pays ont été à l’initiative de quelques projets en lien avec la fragilité dans le cadre des collaborations avec des institutions académiques et de recherche. Ces projets ont émergé des besoins des pays et ont été réalisés avec des professionnels de la santé, des acteurs humanitaires et les autorités sanitaires. Ils ont permis de produire des données probantes (1,2,3, 4), d’en assurer la diffusion et l’utilisation optimale pour éclairer les décisions et guider les interventions. Aussi, ils contribuent à créer des synergies, au réseautage, au renforcement des capacités individuelles des membres et de leurs institutions pour soutenir ou mettre en œuvre des politiques et organiser des services de santé adaptés au contexte de la fragilité.

En raison de la pandémie de la Covid-19, l’animation du réseau s’est faite en ligne. En outre, en fin décembre 2021, une première rencontre en présentiel des points focaux d’Afrafra se tiendra au Mali pour faire le bilan et élaborer un plan d’actions stratégique et opérationnel. Cette rencontre permettra également de réorganiser la gouvernance du réseau et d’identifier les priorités pour les prochaines années. Il bénéficiera à cet effet de l’appui de l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (Belgique) qui a une longue expérience dans le soutien à l’émergence des réseaux professionnels dans les pays du sud.

add a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

0 comments